Non à la drogue.

     Trêve de plaisanteries. Il faut parfois s’atteler à des sujets sérieux. Aujourd’hui, je voudrais parler de la prise de drogue dans la littérature. Il ne s’agit pas de commenter le besoin d’aspirine qui nous aide à finir les romans de Marcel Proust, ni des euphorisants qui nous épargnent la tentation suicidaire inspirée par les œuvres de Cioran. Encore moins de l’envie de bière fraîche que M. Delerme (père) nous instille insidieusement dans ses nouvelles. Non je parle de ces drogues dures et illicites dont les grands maîtres ont abusé et qui nous ont valu plus d’un chef d’œuvre.

     Moi aussi, cédant à la mode des paradis artificiels, j’ai souhaité faire un don au monde littéraire impatient en postant aujourd’hui, le résultat surréaliste de mes expérimentations. Il s’agit d’un poème intitulé « Chanson ». Malgré les passages répétés en anglais et l’allusion romantique à l’amour perdu, il n’a pas encore trouvé d’interprète dans la nouvelle scène française… et pour cause.

Un poisson jaune dans la neige,
Une lune grise parmi les arbres noirs
Et du métal glacé violé par la buée.
            All I see through my window 
            Are visions of chaos
Un long trait rouge dans l’herbe bleue,
Rivière de sang pour pélicans usés
Et des larmes de boue aux ventres des statues.
            All I see through my window 
            Are visions of chaos
Pas de bruits, pas d’éclairs mais des objets bancals,
Comme dans ce ciel livide, ces coquillages flottants
Et cet œil sans paupière qui roule à l’horizon.
            All I see through my window
            Are visions of chaos
Un bel oiseau, le cerveau transparent tourne,
Lentement, autour d’un enfant blond qui pleure, malade.
Mais l’oiseau meurt, ses trois ailes fondues
Sur le bois glauque d’un bateau fou.
Alors par la bouche ouverte du singe aveugle
Le chœur des rats s’envole, triste.
            All I see through my window 
            Are visions of chaos
           Oh my love, I violently need you. 

C’est quand même n’importe quoi ! Et en plus ca ne rime même pas.

Bref, c’est décidé, j’arrête les carambars….

 


Répondre

L'Antre de Lockarius |
mélina réalisation |
laboiteabijoux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon super cochon d'inde Titou
| CLUB DES JEUNES INTERCOMMUNAL
| osruto