Archive pour septembre, 2011

Après les jeunes filles…

rubgy12.jpg
rubgy22.jpg

    

    Cela change des jeunes filles en tenue légère entourées de fleurs et de petits zoziaux chantant, non ?

   Pour tout dire, j’ai longtemps hésité à rajouter un peu de tendresse dans ce tableau noir en imaginant une petite coccinelle jolie et colorée qui, au milieu de cet étrange labyrinthe tribal, essaierait de relier le sommet du crâne au menton. J’ai finalement décidé d’arrêter là, étant bien trop lâche pour me moquer de plus costaud que moi.  Maintenant, pour ceux qui trouvent que les brutes tatouées manquent d’élégance, vous pouvez toujours aller leur parler directement ; si j’ai bien compris les All black et les agneaux ont des tas de points communs. Quoi qu’il en soit, pour la semaine prochaine, il va falloir que je me décide entre dessiner des tronçonneuses bien viriles ou des fleurs gracieuses. Pourquoi pas des chardons et des roses ?  C’est de saison.

Des avantages de la copie.

     Il y a au moins une chose de claire, la copie c’est bon pour le moral ; ainsi que le disait La compagnie créole.  J’en veux pour preuve un dernier exercice d’apprentissage que je me suis imposé : Copier, sans calquer, un dessin connu et le colorier sans trop dépasser. Cette tentative de plagiat totalement assumé m’a rendu euphorique à tel point que j’en ai oublié ma dose dominicale de  carambar.

mucha02.jpg 

      Tout d’abord, cela m’a permis de rajeunir de quelques années, à l’époque où je m’inspirais des muscles saillants de Daredevil pour produire à mon tour des personnages en collants colorés. Cette période, que mes futurs biographes qualifieront d’année arlequin,  a été très brève. Trop brève ? Je fus alors  sensible aux critiques acerbes qui décrivaient mes multicolores supers héros comme la troupe de Béjart faisant une virée au Queen. Cela mit prématurément fin à ma carrière chez Marvel et m’obligea, pour rassurer ma fiancée du moment, à officialiser mon abonnement à New Look.

mucha03.jpg  

     Mais pour revenir au plagiat : quelle joie que de passer d’un dessin vers un dessin. J’avais oublié à quel point il est instructif de ne pas réfléchir, la langue tirée et la main appliquée. Je me demande d’ailleurs si on ne devrait pas réhabiliter les vertus des écoles de copistes. On en profiterait pour remettre au goût du jour la tonsure. Elle a, selon moi, un peu plus d’allure que les crêtes capillaires de nos pré-pubères boutonneux ; mais je m’égare.

mucha05.jpg 

   Je rajouterai aussi que la reproduction ne suscite que de la bienveillance : chaque raté  sera qualifié d’interprétation, chaque réussite perçue comme le seraient les gammes d’un musicien. Ce dernier ne sera jamais compositeur, mais on l’admire quand même. La chance qu’ils ont ces bougres de musicos. Si j’aurais su j’aurais choisi pianiste.

mucha04.jpg 

   Et puis, outre le rajeunissement  inattendu, l’apaisante vacuité zen produite par l’exercice et la conquête facile du public, il y a le résultat. Résultat dont on peut allégrement se vanter ou se désolidariser selon l’humeur. Par exemple, pour faire taire la critique il y aura le : ‘Oui Monsieur, c’est Mucha qui a mis des oiseaux dans les cheveux de la dame, moi je n’y suis pour rien. Soyez donc respectueux. Il est mort vous savez’. Ou alors, pour peu que les tonalités déclenchent l’admiration : ‘Si, si c’est moi qui ai choisi ces couleurs là, je n’étais pas friand de l’original…’

  Quant au premier qui, à propos des œuvres choisies pour être reproduites içi, parle de la décoration de chez Michou, autant qu’il sache que j’assume désormais mon coté féminin (et mes collants). 

Ah, la vache !

     Lorsque j’étais plus jeune, il y a longtemps déjà ;  j’ai probablement fait des sculptures en boite de camemberts et des colliers de nouilles. Je suis assez fier d’avoir continué cette tradition artistique jusqu’à ces derniers jours puisque j’ai récemment terminé l’illustration des recettes paternelles. J’ai poussé la vanité jusqu’à transformer cette tentative en de multi exemplaires d’un album photo. Autant dire que ce désormais fameux ouvrage constitue indiscutablement l’apogée éditoriale de 40 ans de barbouillage. D’ailleurs, pas la peine de réclamer, les trois exemplaires se sont arrachés dans la journée et le tirage est épuisé.

     En revanche, je dois donc avouer que mon inculture agricole m’a conduit à laisser passer deux erreurs que mes voisins paysans m’ont signalées avec gentillesse mais fermeté.
     La première (voir le 9/7/11) : j’ai choisi mon beau taureau ’Alfred’  pour  décorer la  tête du chapitre sur les plats à base de viande. Et bien, vous me croyez pas si vous me croyez pas mais la viande du taureau, ben on la mange pas ! Si, si véridique. Sauf en Camargue peut-être où des moeurs douteuses les empèchent de manger du cheval. C’est très compliqué à comprendre pour un citadin mais le bœuf, l’animal, est un taureau diminué de parties auxquelles l’homme finit par s’habituer. Alors que le bœuf, la viande, provient aussi bien du bœuf que de la vache. Franchement vous étiez au courant ? Ben, en tous les cas, mes camarades de bistrot sont formels, nous mangeons presque toujours de l’ex-mâle ou de la femelle mais quasiment jamais du couillu. Sauf pour le caribou mais c’est une autre histoire.

boeufcarotte.jpg 

     La seconde erreur s’est malencontreusement glissée à la page « bœuf carotte ».  Moi qui voulait faire le malin en arguant  ‘Ben vous voyez!  Là, c’est un boeuf fille. Ca se voit à ses hanches qu’on devine larges et à son œil qui ne reflète aucune concupiscence’. ‘D’accord’, qu’ils m’ont dit, ‘d’accord, c’est une fille mais c’est une ‘Holstein’… ??!… Et là, patatra, la théorie du couillu qui s’écroule ! Y’a des femelle qu’on ne mange pas. On les élève rien que pour le lait, le fromage et le beurre.  - A ce propos, vous le saviez vous, que le beurre vient du lait ? - Bref, à propos des Holstein qui sont tellement plus rigolotes à dessiner que les maronnasses limousines, il faut savoir deux choses. D’abord, à la différence des acteurs noir et blanc, elles ne sont pas muettes. Et deuxièmement, elles ne mangent pas de carottes.

     Pour finir, parce que je n’ai pas osé leur demander, si quelqu’un peut me renseigner : Une génisse, est-ce que ça peut être un garçon ? Et le veau, la viande, ne me dîtes pas que ça vient d’un tout petit parce que là, c’est un coup à devenir végétarien. Voilà, tout ça pour vous dire que dorénavant je m’en vais peindre des pièces détachées pour l’automobile et des clubs de golf.

Humour culinaro-mathématique

     ‘Il y a trois sortes de personnes, celles qui savent compter et celles qui ne savent pas’. Ah ! Que j’aurais aimé trouver cette formule moi-même. Au lieu de quoi alors que je cherchais à faire le pitre pour illustrer de manière drôle un cahier de recettes, j’ai imaginé le dessin ci-dessous.

tomateslaprovenale.jpg  

      Que voulez-vous, on a l’humour qu’on peut, ma bonne dame. La citation de Benjamin DERECA fera sans doute sourire ceux de la première sorte alors que les fans de l’Olympique de Marseille savoureront mes tomates à la provençale. Il y aura peut être quelqu’un pour apprécier les deux ;car comme disait Euclide à Archimède un beau matin d’avril (-270) ‘ Mais oui Archi ! on peut aimer à la fois les grands clubs, les crudités estivales et les isomorphismes.’  

L'Antre de Lockarius |
mélina réalisation |
laboiteabijoux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon super cochon d'inde Titou
| CLUB DES JEUNES INTERCOMMUNAL
| osruto