Ah, la vache !

     Lorsque j’étais plus jeune, il y a longtemps déjà ;  j’ai probablement fait des sculptures en boite de camemberts et des colliers de nouilles. Je suis assez fier d’avoir continué cette tradition artistique jusqu’à ces derniers jours puisque j’ai récemment terminé l’illustration des recettes paternelles. J’ai poussé la vanité jusqu’à transformer cette tentative en de multi exemplaires d’un album photo. Autant dire que ce désormais fameux ouvrage constitue indiscutablement l’apogée éditoriale de 40 ans de barbouillage. D’ailleurs, pas la peine de réclamer, les trois exemplaires se sont arrachés dans la journée et le tirage est épuisé.

     En revanche, je dois donc avouer que mon inculture agricole m’a conduit à laisser passer deux erreurs que mes voisins paysans m’ont signalées avec gentillesse mais fermeté.
     La première (voir le 9/7/11) : j’ai choisi mon beau taureau ’Alfred’  pour  décorer la  tête du chapitre sur les plats à base de viande. Et bien, vous me croyez pas si vous me croyez pas mais la viande du taureau, ben on la mange pas ! Si, si véridique. Sauf en Camargue peut-être où des moeurs douteuses les empèchent de manger du cheval. C’est très compliqué à comprendre pour un citadin mais le bœuf, l’animal, est un taureau diminué de parties auxquelles l’homme finit par s’habituer. Alors que le bœuf, la viande, provient aussi bien du bœuf que de la vache. Franchement vous étiez au courant ? Ben, en tous les cas, mes camarades de bistrot sont formels, nous mangeons presque toujours de l’ex-mâle ou de la femelle mais quasiment jamais du couillu. Sauf pour le caribou mais c’est une autre histoire.

boeufcarotte.jpg 

     La seconde erreur s’est malencontreusement glissée à la page « bœuf carotte ».  Moi qui voulait faire le malin en arguant  ‘Ben vous voyez!  Là, c’est un boeuf fille. Ca se voit à ses hanches qu’on devine larges et à son œil qui ne reflète aucune concupiscence’. ‘D’accord’, qu’ils m’ont dit, ‘d’accord, c’est une fille mais c’est une ‘Holstein’… ??!… Et là, patatra, la théorie du couillu qui s’écroule ! Y’a des femelle qu’on ne mange pas. On les élève rien que pour le lait, le fromage et le beurre.  - A ce propos, vous le saviez vous, que le beurre vient du lait ? - Bref, à propos des Holstein qui sont tellement plus rigolotes à dessiner que les maronnasses limousines, il faut savoir deux choses. D’abord, à la différence des acteurs noir et blanc, elles ne sont pas muettes. Et deuxièmement, elles ne mangent pas de carottes.

     Pour finir, parce que je n’ai pas osé leur demander, si quelqu’un peut me renseigner : Une génisse, est-ce que ça peut être un garçon ? Et le veau, la viande, ne me dîtes pas que ça vient d’un tout petit parce que là, c’est un coup à devenir végétarien. Voilà, tout ça pour vous dire que dorénavant je m’en vais peindre des pièces détachées pour l’automobile et des clubs de golf.

 


2 commentaires

  1. corinne hentschel dit :

    Entre tes deux dernières productions mon coeur a longuement balancé….J’aime Mucha et tes copies méritent l’admiration. Mais Miss Holstein m’a conquise
    par son regard faussement placide ( aucune concupiscence, vraiment ?)et sa moue irrésistible ! Yal a raison, elle est incopiable !

  2. Ptiluc dit :

    … et les vaches boivent du lait , bien sur !!!!! …. on en apprend tous les jours , comme cette passion d’adolescent particulièrement inattendue d’enfiler son slip par dessus son collant …. merci Pascal pour ces doux moments et bravo pour ton intrusion dans l’art nouveau , j’aime !
    A
    PS:promis je t’envoie une copie de la carte qui orne le miroir de notre entrée !!!!

Répondre

L'Antre de Lockarius |
mélina réalisation |
laboiteabijoux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon super cochon d'inde Titou
| CLUB DES JEUNES INTERCOMMUNAL
| osruto